Les éditos de l'équipe dirigeante

Discours de Nicolas Sarkozy du 29 mars 2015

Entête: 
Discours de Nicolas Sarkozy du 29 mars 2015

Mes chers compatriotes,

Ce soir, la droite républicaine et le centre ont nettement remporté les élections départementales.
Jamais, sous la Vème République, notre famille politique n'avait gagné autant de départements.

Cette victoire est d'abord le résultat de la campagne menée, depuis des mois, par tous nos candidats. Je veux les remercier pour leur énergie et pour leur détermination. Ils ont montré, par la force de leur engagement, que nos idées pouvaient l'emporter partout, y compris dans les départements dirigés par la gauche depuis des décennies.

Mais ce résultat, mes chers compatriotes, dépasse de très loin les considérations locales. A travers leur vote, les Français ont massivement rejeté la politique de François Hollande et de son Gouvernement. Le désaveu à l'égard du pouvoir est absolument sans appel.

Jamais une majorité n'avait perdu autant de départements.

Jamais un pouvoir en place n'avait suscité une telle défiance et un tel rejet.

Au fond, jamais une politique n'avait autant incarné l'échec, à tous les niveaux. Du gouvernement aux exécutifs départementaux, c'est le mensonge, c'est le déni, c'est l'impuissance qui ont été sanctionnés.

En annonçant il y a quelques jours, mes chers compatriotes, que le vote d'aujourd'hui ne changerait rien à ses choix et à sa politique, le Président de la République a délibérément choisi d'ignorer le message des Français. Ils sauront, les Français, se souvenir de cette marque de mépris, par leur vote, lors des élections régionales de la fin de l'année.

Je veux maintenant dire à tous les Français ce que nous allons faire de cette victoire, alors que l'angoisse et la colère gagnent partout du terrain en France.

Nous allons d'abord mettre en œuvre nos engagements de campagne, seul moyen de redonner du crédit à la parole politique.

A tous ceux qui ont fait confiance à nos candidats, je veux dire que nous allons respecter leur vote. Dans tous les départements qui seront dirigés par notre famille politique, nous mettrons fin aux 2 dépenses publiques inutiles. Nous maîtriserons les impôts. Nous lutterons contre l'assistanat. Nous donnerons toujours la priorité au développement économique.

Nous allons ensuite renforcer l'unité de notre famille politique. L'unité est ma priorité depuis plusieurs mois. Sans l'unité rien ne sera possible dans l'avenir.

Je veux souligner que la victoire de ce soir revient à tous ceux qui ont fait le choix du collectif. Que tous en soient sincèrement remerciés.

Nous allons enfin accélérer la préparation d'un projet républicain d'alternance, un projet fort, réaliste, un projet et profondément nouveau. Ce projet sera la condition absolue pour redresser notre pays, pour enrayer le déclin dans lequel l'ont plongé 3 années du socialisme le plus archaïque d'Europe.

Mes chers compatriotes, une nouvelle étape s'ouvre.

Mes chers compatriotes, l'espoir renait.

J'ai conscience que la route sera longue, difficile, mais ma conviction est solidement ancrée.

Je le redis ce soir : l'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera.

Contenus liés: 

Retrouvez tous les éditos de l'équipe dirigeante

Pages