Espace presse

Monsieur Valls devrait entendre la sagesse de Martine Aubry et clarifier sa politique budgétaire

La maire de Lille, Martine Aubry, disait de François Hollande que « quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup ». En matière de réduction des déficits publics, le Gouvernement de Manuel Valls devrait écouter ces paroles de sagesse et dire clairement le but qu'il poursuit ainsi que les moyens qu'il mettra en œuvre pour l'atteindre.

Alors que Manuel Valls expliquait hier à Berlin qu'il s'engageait à respecter l'objectif de 3 % de déficit public en 2015, son ministre des finances et par ailleurs proche conseiller du Président de la République, Michel Sapin, refusait pour sa part de s'engager, présentant un discours mêlant promesses vagues et délais incertains.

Dans le même temps, ni le Premier ministre ni son ministre des finances n'ont encore pris la peine d'expliquer comment ils souhaitaient parvenir à maîtriser la dérive des finances publiques. Quand des pistes de dépenses sont avancées par certains, elles sont aussitôt démenties par d'autres. Et ce matin, Madame Royal propose d'augmenter les taxes !

Si Manuel Valls prétend réformer la France, il ferait mieux d'abord d'expliquer clairement comment il entend le faire. En dépit de son discours, la politique budgétaire de Monsieur Valls reste celle de Monsieur Hollande : vague, incertaine, contradictoire. Elle est floue et cela ne laisse rien présager de bon.

Camille Bedin
Secrétaire générale adjointe de l'UMP

Monsieur Valls devrait entendre la sagesse de Martine Aubry et clarifier sa politique budgétaire
Contenus liés: