Espace presse

Affaire Morelle : la faillite morale c'est maintenant

Après la débâcle économique, l'échec social, la fracture sociétale, la gifle électorale voici venu le temps pour la gauche au pouvoir de la faillite morale.

Depuis des années, le PS prétend exercer dans notre pays le magistère de la vertu en politique.

Les nombreuses affaires politico-financières qui l'ont frappé tout au long de son histoire n'ont provoqué aucune remise en cause, aucun examen de conscience.

Aujourd'hui, avec la démission de M. Aquilino Morelle, l'un des plus proches conseillers du Président Hollande, à la suite d'une possible situation de conflits d'intérêt, c'est le cœur même de ce pouvoir qui est touché de plein fouet par un nouveau scandale d'État.

Depuis deux ans, l'impartialité de l'État est remise en cause quotidiennement malgré les promesses du candidat Hollande :

  • par l'affaire Cahuzac, qui dans ses prolongements, révèlera un jour qui savait quoi et qui a couvert qui.
  • par l'utilisation systématique des écoutes téléphoniques au détriment d'un ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, sans aucun fondement juridique.
  • par des nominations quotidiennes à caractère politique comme celle qui est intervenue à la tête de la Société du Grand Paris pour y faire entrer un ancien collaborateur de J-M. Ayrault.

La démission de M. Aquilino Morelle démontre une fois de plus l'hypocrisie de la gauche au pouvoir, plus grande donneuse de leçons de transparence démocratique dans l'opposition et incapable de se les appliquer à elle-même.

Comme dans l'affaire Cahuzac, M. Hollande va-t-il nous rejouer l'air du « ravi de la crèche », celui qui ne comprenait rien, qui ne savait rien et qui joua les autruches pendant de nombreux mois ?

Les Français doivent connaitre la vérité sur ces accusations graves qui décrédibilisent l'ensemble du pouvoir actuel ainsi que celles et ceux (peu nombreux) qui le soutiennent encore.

Jérôme Dubus
Conseiller de Paris
Secrétaire National de l'UMP en charge de la croissance et des nouvelles libertés économiques

Affaire Morelle : la faillite morale c'est maintenant
Contenus liés: